Nobody Is Watching TV

Fondateur de l’Ecole de Nancy en 1901, Emile Gallé est un personnage emblématique qui a apposé ses empreintes sur les arts appliqués de son époque et est le pionnier de l’Art Nouveau. Son talent a navigué contre vents et marées pour atterrir dans les années 2000 où ses œuvres se vendent comme des petits-pains lors des ventes aux enchères. Zoom sur cet artiste unique qui a su travailler avec ses mains et sa tête !

Qui est l’artiste Emile Gallé ?

Emile Gallé est né à Nancy le 4 mai 1846, d’un père qui possédait une gobeleterie. Il développe la firme de son père à force de persévérance et grâce à un travail acharné. C’est dans cette ville qu’il fonde l’Ecole de Nancy, l’institution majeure de l’Art Nouveau en France. De 1862 à 1886, Emile Gallé se rend en Allemagne dans les fabriques de Meisenthal pour apprendre à devenir maître verrier. Après des années d’expérience et de formation sur le tas, il devient également ébéniste et céramiste. Mais, Emile concentre tout son savoir-faire sur des objets de verrerie sculptés dans divers matériaux. Via cette technique, il a pu lancer une production en masse. Sa renommée s’étend aux quatre coins du monde et il obtenu quatre médailles d’or. Ses œuvres le représentent et se parent de sa légendaire sensibilité à la nature.

La fabrique Gallé met en avant trois grands types de production sur le marché de l’Art : les pièces dites de prestige, les pièces uniques réalisées lors de son vivant et les pièces industrielles, commercialisées en grand nombre.

Jean-Claude Anaf et les œuvres d’Emile Gallé aux enchères

Jean-Claude Anaf, commissaire-priseur surnommé le roi des ventes aux enchères s’est spécialement penché sur les œuvres d’Emile Gallé qu’il a mis aux enchères dans sa salle de vente : l’Hôtel des Ventes des Brotteaux. Le Maître Anaf a fait sa renommée en effectuant des ventes aux enchères spectaculaires et jamais vues comme :

  • la lampe Champignon à décor de Chrysanthème chinois à 235 000 euros en 1981 (après une bataille d’enchères internationales menées par des collectionneurs japonais)

(emplacement image)

  • la vase libellule en relief à 500 000 euros en 1991.

(emplacement image)

En excellent état, cette lampe évoque le début du XXème siècle. En verre multicouche gravé à l’acide avec un décor de chrysanthèmes chinois en bleu sur un fond jaune. Ce modèle possède une monture faite en bronze et est en relief sur le pied et le chapeau.

Quant à la vase libellule, cet insecte est visible dans la majorité des œuvres de Gallé. Un décor complexe et élaboré avec les grandes ailes déployées qui évoquent une atmosphère de mystère. Le corps de l’insecte est en relief modelés dans du chaud de verre opaque.

Ces deux objets, qui font partie de la collection personnelle d’Emile Gallé, très convoités, détiennent le record mondial des ventes de l’homme au marteau d’ivoire Jean-Claude Anaf.

La maison Sotheby’s et les œuvres de Gallé

Les deux jours de vente organisés en 2016 par Sotheby’s se sont achevés en véritable succès. Des ventes aux enchères dédiées aux Arts Décoratifs du XXème siècle et Design avec des objets consacrés aux verreries artistiques de la fabrique Gallé. Avec un chiffre exceptionnel de 17,6 millions d’euros, la maison a atteint l’un des plus hauts montants dans ce domaine.